MUISCA :Cérémonie placenta à MACHETA

A la rencontre du peuple MUISCA.

Muiscas à Macheta, le Dimanche 11 octobre 2015, nous partons en voiture pour nous rendre à un centre d'activités muisca en construction. Après 1H30 de route dont 45mm de chemin de terre, nous arrivons dans une vallée magnifique entourée de montagnes dont certaines sont constituées, du côté où nous sommes de parois rocheuses verticales. Le soir le soleil joue avec les montagnes éclairant par morceaux celles-ci tour à tour. Nous sommes très bien reçus par << L'Abuelo >>: Sua Ingativa (Sua nom du grand père signifiant le soleil dont le temple est à Sugamuxi ou Suamox aujourd'hui Sogamoso), puis par << la Abuela >> Tymy Cagui Yanguma (le mot Chiminigagua veut dire le Créateur. Il semble avoir un rapport symbolique ou spirituel avec le nom de la grand-mère).

<< Abuelo >> Sua Ingativa commence par expliquer comment il conçoit la cellule familiale en tant que muisca. Nous revenons au fonctionnement de cette cellule qui a perduré en France jusqu'au ième siècle et qui existe encore dans certaines régions dans le milieu agricole lorsque nous retrouvons trois générations vivant sous le même toit. Ce cas de figure tend à disparaître pour des raisons économiques et sociales.

Il nous explique dans les familles muisca que, tout homme ou toute femme, doit avoir 3 personnes à côté de lui ou d'elle. Pour l'homme une femme jeune qui le réjouit par sa danse, sa musique et les arts qu'elle pratique, une femme mûre qui l'accompagne et lui donne des enfants, l'aide lors de difficultés et quand il est de mauvaise humeur. Une femme ou un homme plus âgé qui lui donne des conseils et qu'il peut consulter lorsqu'il a à prendre des décisions importantes ou faire des choix de quelque ordre que ce soit. Ensemble ils doivent se mettre d'accord, aucun ne peut prendre une décision seul.

De même dans la culture muisca à côté de l'épouse nous trouvons un jeune homme qui anime, réjoui, danse, joue de la musique exerce des talents artistiques, puis son compagnon qui est son complément, ensemble ils construisent une famille, une société, une communauté, et ensuite un homme ou une femme sage qui oriente cette femme. C'est de cette façon que se fait l'accompagnement dans la cellule familiale.

Le territoire muisca étant ce qui inspire le territoire familial et communautaire. Autour du plateau de la région de Bogotá chaque fois qu'il y a trois sommets de montagnes, le nom de « les trois femmes » leur est donné. Plus tard l'église catholique leur a donné le nom de « les trois Croix ».

Le cigare est régulièrement fumé par les femmes sages muisca, c'est une manière de méditer, sachant que la parole est précédée par le ressenti du cœur et a comme origine la pensée, l'intuition, l'esprit, elles n'avalent pas la fumée. Les femmes kogis, elles, tissent « la mochilla » pour méditer.

Les membres du peuple muisca utilise aussi le poporo qu'ils appellent «  machila » pour les cérémonies. Ils vivent dans les départements de Cundinamarca, Boyaca et Tolima. A Macheta il nous est proposé en ce dimanche une cérémonie avec enterrement de placenta.

Centre de savoir Muisca
Lieu oú a été enterré le placenta

La propriété de Sua Ingativa etTymy Cagui Yanguma est relativement escarpée. Il est prévu de faire la cérémonie sur la colline en surplomb des habitations, nous sommes une vingtaine de personnes. Sua Ingativa nous demande de nous mettre en contact avec l'élément qui correspond à notre date de naissance suivant la roue de la médecine muisca chibcha. Chacun est régi par un élément : feu du 22 décembre au 22 mars, terre du 22 mars au 22 juin, eau du 22 juin au 22 septembre, air du 22 septembre au 22 décembre. Le rituel dure environ deux heures.

AUDIO cérémonie muisca

2015.11.14_10.50_01

Pendant ce temps-là le père de l'enfant creuse un trou pour enterrer le placenta et un récipient en argile. La mère est absente à cette cérémonie. Le rituel muisca commence en soufflant dans un coquillage, puis nous allons saluer les quatre éléments en jouant du tambour dans les quatre directions l'une après l'autre. Tout d'abord nous nous positionnons face à l'Orient chemin de l'air. Nous nous positionnons face au Sud pour se relier au feu, ceux qui sont feu se relient à l'élément feu demandant la direction et la guidance pour sa vie. Nous nous positionnons face à l'Occident pour se relier à l'esprit de l'eau, ceux qui sont eau se relient à l'élément eau. Nous nous positionnons face au Nord pour se relier à l'esprit de l'eau en direction des lagunes sacrées. Ceux qui sont terre se relient à l'élément terre, nous saluons la Mère Terre qui nous donne gîte et couvert. Puis nous nous relions au ciel et au centre de la terre car nous venons tous de la création du Père et de la Mère. Nous parcourons et reconnectons tous les points que nous avons parcourus avec notre cœur. Nous remercions pour être présents ici en ce jour, nous en sommes heureux et remercions également pour la nourriture et pour tout ce qui nous est donné. Suivant la roue de médecine muisca: demander c'est aussi remercier. Nous remercions pour ce qui vient, nos projets, notre famille, la nourriture, ce qui vient du Cosmos et de nos propres efforts.

AUDIO cérémonie muisca

2015.11.14_10.45_01

Explications concernant les raisons de cette cérémonie muisca :nous devons recueillir trois matrices la première est celle de la mère qu’elle a développée dans son ventre pendant 7 à 9 mois généralement 9 mois. Durant cette période l'enfant vit dans une lagune, le liquide amniotique. La deuxième matrice est celle que nous fournit notre environnent : l'air et l'oxygène qui nous entoure. Nous sommes ici pour une nouvelle gestation qui va nous conduire au sein de la Mère « Mort ». Nous nous préparons pour un accouchement et rejoindre avec notre corps physique le sein de la Mère Terre. Quand nous arrivons au sein de la Mère Terre notre Esprit doit être illuminé, grâce à la Lumière afin de pouvoir cheminer dans l'obscurité. Pour cela nous passons entre 8 et 10 heures chaque jour couchés, les yeux fermés pour vivre la petite mort. C'est à cela que nous devons nous entraîner dans le sommeil. Ce sommeil est important car nous passons la moitié de notre vie sur un lit ou un hamac. La chambre, pour cette raison, se doit d'être confortable, le plus commode possible, le plus jolie possible, le plus aromatique possible de la maison.

Alors quand l'enfant naît, le placenta, « la petite maison » où l'enfant a vécu nous la remettons en offrande à la Mère Terre, pour que la Mère Terre prenne soin de l'enfant, le protège de toutes les maladies au niveau énergétique, qu'il soit en connexion avec la Mère Terre. L'enfant est alors protégé de beaucoup de maladies spirituelles, mentales, émotionnelles et physiques suite à la cérémonie. La maman ne peut venir en ce lieu que 40 jours plus tard avec son enfant, son mari et en présence de « los abuelos » pour procéder à la plantation d'un arbre à côté de l'endroit où fut enterré le placenta. A partir de là chaque treize lunes il est planté un arbre et cela jusqu'à ce que l'enfant ait quatorze cycles de treize lunes. Devenu adolescent puis adulte, il poursuit la plantation d'un arbre à chaque cycle de treize lunes. Aujourd'hui nous n'en avons plus la mémoire et nous ne le faisons plus. Une personne de quarante ans devrait avoir planté 40 arbres et le centenaire environ cent ce qui est suffisant pour protéger la terre, produire l'oxygène et l'eau nécessaire à la vie. C'est pour cette raison que nous sommes ici.

Pendant que nous sommes présents à cette cérémonie muisca accompagnant le père, nous nous moquons de lui car il sue en creusant le trou et personne ne doit l'aider c'est comme un acte sexuel. Nous, les autres nous offrons : tabac, ambil, mambé priant et posant de bonnes intentions pour l'enfant. C'est un cadeau que nous faisons pour que l'enfant développe : savoir, sagesse, connaissance, que ce soit un enfant de valeur qui aide sa famille, qu'il s'aide lui-même, qu'il soit responsable dans son couple, qu'il prenne soin de sa femme. Si c'est une fille nous prions pour les valeurs féminines.

Durant cette cérémonie muisca, nous tenons des pierres de quartz dans la main gauche afin d'y graver nos pensées personnelles, perceptions et sensations pour l'éternité. Nous avons certainement dans d'autres vies, d'autres circonstances, participé à cette cérémonie, pour cela le Cosmos nous a réunis ici pour accompagner ce frère et participer à cette cérémonie. Nous faisons de nouveau la présentation du placenta aux quatre vents nous prions, faisons une protection et disposons nos quartz et pensées dans le récipient en argile qui sera enterré. Nous chantons, dansons et continuons la fête qui peut durer très longtemps, plusieurs jours. Ce quartz est l'accompagnement de notre esprit pour l'enfant.

A la fin nous ferons un monticule de pierres qui indique qu'il y a eu ici une cérémonie. Personne ne doit y toucher, ce monticule appartient à la Mère Terre et doit être respecté cela s'appelle une « guaca ». Certains pensent qu'il y a un trésor, mais c'est un trésor spirituel ce sont des « Pagamientos » ou des remerciements à la Mère Terre ce n'est pas du fétichisme ou de la magie, c'est un acte de connexion où que nous allions nous sommes reconnectés à ce site. Quand nous pensons à ce site nous lui envoyons de la Lumière mentalement. Nous sommes en même temps ici et dans notre foyer et nous faisons le nettoyage, nous nettoyons aussi le moment de la naissance de l'enfant afin que cela devienne un accouchement dans les meilleures conditions. Nous nettoyons toute la lignée, les ancêtres, tous les rayons de la Création qui correspondent à cette lignée, la pierre, l'eau et l'air. Nous nettoyons également tout ce qui nous entoure afin de nettoyer cette deuxième matrice.

Toute cette cérémonie muisca nous a permis de faire la construction spirituelle de la maison sacrée éthérique. Il nous reste à faire la construction physique une fête avec la reconnexion à chaque monde, nous devons faire le « Pagamiento » à chaque monde. Nous avons fait avec du coton de toutes petites « mochillas » que nous allons placer dans le récipient en argile. Avant nous y mettons nos pensées, nos sentiments et nos paroles, pour cela nous plaçons la main sur le front, le cœur et la bouche puis nous demandons la permission de commencer le nettoyage. L'abuelo pense à un chiffre et en demande un aux participants, de un à vingt, car il y a vingt chiffres qui correspondent aux doigts des mains et des pieds en l’occurrence nous avons le chiffre 11 qui correspond au chemin du guerrier solaire à qui nous remettons le « Pagamiento ». Nous révisons tout ce que nous avons fait pendant cette cérémonie qui est pour le groupe mais aussi pour chacun des participants.

L'Abuelo demande que tout soit en or en commençant par l'univers, les galaxies jusqu'à la terre, ce qui compose la terre, notre alimentation, les guides, ce que nous pensons, parlons et faisons, tous les objets, toute la maison, toute la famille, nos corps, tout ce que nous avons oublié, nos croyances, nous unissons le passé el futur car si nous sommes présents à cette cérémonie notre esprit voyage à travers tous les univers.

Nous poursuivons la cérémonie muisca par une longue prière à l'Univers :

Père, Mère, Grands Esprits des quatre vents « Abuelos » du territoire, par le pouvoir qui m'est confié dans cette communauté, du savoir des « Abuelos » nous faisons ce rituel pour l'esprit depuis la naissance de ce frère, qu'ils le garde, le protège, le sauvegarde où qu'il soit, qu'ils lui illuminent son chemin, qu'il soit sagesse. Nous demandons pour lui Lumière Force, illumination et guidance.

Puissant esprit de l'air, vive, vive, vient à nous en ce lieu avec du sel, protégeant ce frère avec la force de l'air qu’il aspire par ses poumons connectés parfaitement avec l'air et l'oxygène.

Les mêmes demandes sont faites avec le feu sacré qu'il guérisse, protège et nettoie cette famille qu'il en soit ainsi et ainsi est et ainsi sera.

Il en est de même avec l'eau qu’elle purifie, nettoie ce placenta de la naissance de ce frère, qu'il soit purifié par l'eau.

Esprit de la Terre, de MèreTerre, de Gaïa nous te demandons qu'afflue: bien être, paix, prospérité abondance et santé.

Au centre, Père et Mère Esprit de la Création nous remettons ce placenta en connexion avec la Force, la Sagesse, que s'accomplisse sa mission en accord avec la Volonté Divine, que la Lumière du Père et de la Mère guide la famille.

Esprit du centre de la Terre nous demandons la protection pour cette famille pour que le petit frère soit en connexion.

Nous posons la main sur le cœur, que les quatre éléments, les esprits d'en haut et d'en bas soient en connexion avec chacun de nous et ce petit frère pour qu'il réalise le travail spirituel pour lequel il est venu : protecteur de l'Humanité, de la Terre, de sa famille et de sa communauté.

Nous disposons dans ce récipient en argile nos cadeaux pierres semi précieuses, petites « mochillas » feuilles de coca, « ambil», nourriture.

Après avoir déposé le récipient en argile dans le trou « l'Abuelo » fait le signe de la croix chaque branche représente un élément : air, eau, terre et feu puis dessine un cercle s’il le fait tourner à gauche, il ferme cette partie de la cérémonie.

Après avoir rempli le trou chacun pose la pierre qu'il a amené pour faire un monticule de pierres matérialisant le lieu de la cérémonie il est placé au centre du « guaca » trois bougies allumées.

Nous terminons la cérémonie muisca en remerciant : Père, Mère grands Esprits des 4 vents, gardiens de ce territoire, tous les lignages de nos familles, tous les esprits, nous remercions pour être présents, tous les frères de Lumière qui nous accompagnent en ce jour et pour chacun d'entre nous lumière, force, illumination et guidance. Maintenant nous prenons congé des enfants du Cosmos, des père et mère de l'Univers des étoiles, du soleil, des planètes, de la Mère Terre unis dans ce feu sacré nous sollicitons un cercle de feu, cercle de feu , cercle de feu un cercle de protection pour ce lieu pour que tous le respectent.

Centre de savoir Muisca
Jardin Potager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *