Frères-Majeurs Quebrada del Sol

Frères-Majeurs chez les Kogis

Les Frères-Majeurs dont Maoricio qui en fait partie est le gendre du Mamu Manuel il m'explique: Père Soleil est masculin, la Mère Lune est féminin, puis vient la création de la terre de l'eau avec sa partie masculine et féminine puis suit la formation de toutes les plantes chacune ayant un père et une mère et les animaux, chaque race ayant un père et une mère. (Pour moi c'est le modèle qui est de l'autre côté du voile avec de nombreux niveaux chaque fois il y a un modèle sur un plan supérieur.) Dieu surveille grâce aux lois de la vie que tout se passe bien. Puis apparaît le bien et le mal qui doivent être en équilibre car il y a déjà à ce niveau des plantes positives et négatives, bonnes ou mauvaises dont nous devons avoir la connaissance pour les utiliser. Il en est de même avec les animaux ce qui nous demande vigilance et mouvement. Cet ensemble: gîte et couvert permet l'arrivée de l'homme et de la femme, la Mère Terre leur sert de lieu d'apprentissage et d'évolution. Les humains depuis longtemps détruisent leur lieu de vie, leur environnement. Dieu doit venir sur la Sierra Nevada de Santa Marta avec les Frères-Majeurs (indigènes) et tout doit repartir de là, le renouveau de la planète, de la Mère Terre.

A la Quebrada je rencontre encore trois françaises parisiennes qui sont là pour la fin de semaine, elles doivent aller à la source thermale avec Luis Edouardo. Je les mets en garde sur les risques de cette eau.

A midi je suis allé chez Pacho (il ne fait pas partie des Frères-Majeurs c'est un éleveur) à une heure de la Quebrada del Sol il était absent j'y ai mangé, soupé et dormi sur un lit cela change, j'avais laissé mes sacs à dos chez Isabelle.

Chemin-vers-le-rio-Buritaca

Chemin-vers-le-rio-Buritaca

 

La dame de Pacho me propose des sandales et là je m'aperçois que mes pieds pèlent et que j'ai des crevasses, c'est tout récent, suite à la chaleur humide et aux chaussures. Je dois faire quelque chose.

 

Le soir je me suis retrouvé tout seul avec à l'horizon de magnifiques éclairs et une bonne pluie.

Nuit-d'orage-au-loin-

Nuit-d'orage-au-loin-

 

Nuit d'orage sur la Sierra Nevada de Santa Marta. Le ciel entre deux éclaires

Je prends aussi des photos d'amas de pierres qui m'attirent l’attention. Est-ce le résultat de construction des Frères- Majeurs?

gallery

Les-pierres-ont-elles-des-messages?

Les-pierres-ont-elles-des-messages?

C'est parti pour Palomino, j'arrive à son magasin d'objets artisanaux puis je suis conduit chez elle, repas frugal puis discussion avec le Mamu wiwa José un des Frères-Majeurs. Je me présente au niveau de ma vie et de mes expériences spirituelles. Il m'écoute patiemment puis c'est à son tour. Depuis l'âge de 5 ans il a été formé par ses grands-parents, sa maman et d'autres Mamu jusqu'à maintenant 46 ans. C'est un homme sage qui a en mémoire plus de 4 000 milles plantes de la Sierra avec toutes les informations nécessaires sur chacune d’entre elles. Il me parle du côté féminin et masculin de chaque chose dans le tout, de notre union et dépendance à la terre, de la loi des semences et des récoltes. Tout dommage du plus petit au plus grand doit être compensé pour être pardonné par Dieu ou l'Univers.

Il commence tout juste à lire sans le complexe de ses difficultés.

Nous avons couché dans la même pièce lui dans le hamac, moi dans le lit.

Ce matin dimanche 30 août il me soigne me fait faire "un pagamiento" ( compenser mes erreurs et demander pardon). José me demande d'aller faire une promenade dans la Sierra je suis en chaussettes et claquettes depuis samedi et avec le meilleur vouloir je ne peux pas monter dans la Sierra. Il me propose de venir chez lui à Ráquira ce que j'accepte,je lui dis pas avant une dizaine de jours car je reste à Buritaca puis à Bogotá le temps de guérir. Je n'irai pas visiter la cité perdue mais d'autres lieux. Avant de partir José échange avec moi sur la loi de la compensation. Je suis de retour à 10 h 00 à Buritaca.

Lundi 31 août. J'avais pris rendez-vous avec le fils de Consuelo qui doit me monter à moto à la Quebrada del Sol chez les Frères Majeurs pour une nouvelle semaine. Finalement je monte pour récupérer un sac à dos et dire au revoir. J'explique que j'écoute mon corps, j'ai des problèmes intestinaux et que je ne peux pas marcher. Je n'ai pas de toute façon eu de réponse pour monter plus haut. Je salue les enfants et leur demande de prendre soin de la Mère Terre en tant que Frères Majeurs. Je salue les professeurs, une professeur prend quelques photos. Je vais saluer le Mamu Manuel un des Frères Majeurs qui voulait me loger et ne le souhaite pas car je repars de suite, ma décision est prise je m'en vais, mon corps souffre trop, je leur répète que je n'ai pas l'autorisation de poursuivre, j'écoute mon corps.

Je vais saluer Consuelo qui m'avait proposé de me loger dans une petite cabane, je la remercie et lui fait cadeau de ma trousse de secours pour l'école, je ne pense plus en avoir besoin et je l'aide un peu pour l'achat de matériel pour l'école. Le professeur de primaire habitant Chivilongui est présent il ne me parle pas de son intervention auprès du Mamu de ce village où je souhaitait aller. .

Je vais saluer Isabelle, qui m'a toujours aidé et soutenu, j'étais content de venir la voir et de manger une fois ou deux chez elle. Je lui fais cadeau de ma couverture achetée à Santa Marta, elle devrait pas me faire défaut.

C'est le départ sur la moto du fils de Consuelo vers Buritaca, je quitte La Quebrada del Sol et les Frères Majeurs.

Avant de partir je vais demander à Johanna de m'organiser un voyage au musée sur le rio Don Diego. Je souhaite aussi remonter le Rio de la Quebrada Valencia si je trouve un guide.

Je me repose à Buritaca, le 3 septembre je vais à Santa Marta acheter mon billet d'avion et faire quelques courses pour Orlando. Mon billet est pris pour le mardi 8 septembre, pendant ce temps là je me soigne les pieds.

Pourquoi ce grand détours vers la Sierra Nevada de Santa Marta et Palomino pour revenir voir le Mamu wiwa José près de Bogotá ?

Je suis loin de ce que j'avais imaginé, je me suis laissé conduire et ai accepté de m'engager sur les pistes proposées

A Buritaca j'assiste à une dispute et séparation entre Orlando et Maria, l'enfant est au milieu de cela mais aussi l'enjeu du couple, ils s'aiment mais n'acceptent pas certains comportement de l'autre. C'est triste il est facile de donner de l'amour mais parfois plus difficile de le recevoir sans jugement seulement ouvrir son cœur et accepter. Finalement au bout de quelques jours la réconciliation à lieu j'en suis content pour eux et le fils. L'amour n'est pas une prison pour le partenaire mais un don de soi, pourquoi ne pas l'accepter dans cet espace de liberté réciproque ?

J'ai parcouru tous ces chemins certainement pas par hasard mais en tenant compte de la synchronicité, de la guidance. J'ai parcouru le chemin de l'ouverture de mon cœur et de l'écoute de mon corps. A la recherche de mon être intérieur. Un chemin qui réserve des surprises et rencontrer d'autres dimensions de soi-même, oser aller aussi loin à la recherche de moi-même , à l'écoute et dans le lâcher prise, c'est le point que je peux faire aujourd'hui.

Demain quelques visites, retour à Bogotá puis rencontre avec José.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *