Depuis mon départ France à L’arrivée à BOGOTÁ

Levé à 1 h 30 du matin le 27 juillet 2015, départ de la maison à 2 h accompagné par ma belle-fille jusqu’à l’Aéroport de Toulouse/Blagnac à 3 h 30. L’enregistrement des bagages à 4 h 10.
C’est à ce moment que l’aventure commence. J’ai choisi l’aventure c’est très bien, pourquoi attendre, alors commençons de suite, l’histoire de se mettre en jambe ou si l’on peut dire « bien dans la situation ».
Arrivée devant la personne chargée de l’enregistrement, ce dernier me propose un autre vol car celui-ci est complet et il y a 4 personnes de trop, bien évidemment contre un dédommagement.
Ayant décidé de m’adapter aux évènements et de ne faire qu’un avec le terrain ou les circonstances, je lui réponds que je suis d’accord à condition de pouvoir joindre les amis qui m’attendent à l’aéroport de Bogotá. C’est encore possible 4 h 10 à Toulouse, il n’est que 21 h 10 à Bogotá et au lieu d’arriver à 15 h 15 à Bogotá, j’arriverai à 19 h. Je retourne à l’enregistrement et leur dit que j’accepte leur proposition. Le préposé à l’enregistrement me dit alors, « si aucune place ne se libère sur le vol initial, vous partirez sur Frankfurt par la Lufthansa, puis également sur la Lufthansa à Bogotá. J’attends donc l’heure d’embarquement. Avant le départ, une employée de TAPPortugal m’annonce que finalement je pars sur le vol initialement prévu à l’heure indiquée. Maintenant comprenez bien que je suis dans l’incapacité de pouvoir appeler les amis de Colombie pour leur signifier encore ce changement. Le choix qui me restait était d’appeler depuis l’escale de Lisbonne en France afin de faire passer le message.
Départ, le dernier passager de Toulouse à monter dans le bus pour le vol TAPPortugal, embarquement 5 h 40 – départ 6 h 10, deux plus tard, arrivée à Lisbonne à 7 h 10, il y a un décalage horaire de 1 h. Attente jusqu’à l’heure d’embarquement : 11 h 20, heure locale, j’ai largement le temps de prévenir en France que des changements que j’avais indiqués n’ont pas eu lieu et que finalement je suis parti à l’heure, au jour et dans l’avion prévus initialement, en précisant d’appeler Bogotá qu’à partir de 16 h, heure française, car là-bas c’était l’heure du petit déjeuner !
J’ai fait tout ce que je devais, il fallait que l’intendance suive, nous verrons que ce n’est pas toujours le cas.
Départ de Lisbonne à 11 h 20, arrivée à Bogotá heure locale 15 h 15, décalage horaire 6 h depuis Barcelone, 7 h depuis la France, soit une durée de vol un peu moins de 10 h. Je passe le temps devant l ‘écran didactique de télévision. Je suis le plan de vol, les films et jeux étant pas l’enjeu du moment, alors je suis les données du vol et la localisation de l’avion. J’avais pris de la lecture « L’amour et la Sagesse des 7 Rayons Sacrés de Joéliah.
Voici le plan de vol :
Altitude moyenne : 11000 mls
Vitesse moyenne : 900 kms/h
Temps réel de vol finalement : 9 h
Vitesse du vent variable mais faible, pas plus de 40 kms/h
Dans l’avion un repas est prévu au départ puis une collation à 4 h et un repas 1 h avant l’arrivée.
Arrivée à Bogotá à l’heure prévue au départ, puis attente à la douane ou plutôt à l’émigration, soit une bonne heure, puis recherche de la valise, bien sûr sur le vol TAPPortugal, mais là pas de bagages ! Un agent des douanes m’interpelle : « Señor busca algo », Je cherche ma valise, oui, votre valise est en standby » à Toulouse, ils l’ont oubliée, elle arrivera par Madrid (Toulouse-Madrid puis Bogotá). Le vol vient d’arriver, allez sur le carrousel du vol venant de Madrid pour la trouverez.
Alors bien évidemment encore une bonne demi-heure de recherche, et pas de valise.
Votre valise est quelque part, c’est évident, nous allons faire les recherches, vous aurez votre valise demain à la maison.
Bon pas de vêtements pour la nuit, pas de trousse de toilettes. Ici la température est de 19°, au départ nous avions entre 30 et 40°, du coup j’ai la gorge qui fait des siennes !
Pendant ce temps, les amis qui m’attendaient, s’inquiétaient. Trois vont à l’information et un m’attend.
Ici en Colombie, il est interdit de fournir des informations sur les passagers car ils peuvent être attendus pour être supprimés (tués). Finalement en fournissant des précisions et en insistant, la personne finit par leur dire que je suis bien arrivé, il y a un moment par le vol TAPPortugal.
Il est peut-être 5 h, je commence à vivre le moment présent, je lâche prise. Les amis me demandent : « voulez-vous acheter quelque chose, changer de l’argent ? », non c’est bon pour moi.
Il y a 23 h que je suis réveillé, j’ai un peu dormi dans l’avion, je prends une bière, une douche, le repas et je vais me coucher.
Il est 5 h du matin heure locale, 12 h, heure française, je ne peux plus dormir et je termine de vous raconter mon expérience.
Aujourd’hui sera plus calme, l’adaptation va se poursuivre ainsi que prendre les contacts pour la préparation de la suite.
Un voyageur dans le présent.

Comments are closed.