Cérémonies du mois de mars

Cérémonies du mois de Mars

Equinoxe de Printemps Cérémonie de la terre (équinoxe)

Paiement à la terre Pratique de paiement pour la terre. Cérémonie du marcheur solaire (haute table)

Cérémonie du feu sacré et troisième lune

Les chroniques des Indes parlent de la soumission par la force des peuples indigènes pour les faire entrer dans la foi. Guillermo, qui cache avec son corps la petite fenêtre pour recréer le plus fidèlement possible l’atmosphère sombre du « capot », nous dit au sujet des hypothèses de mauvais traitements qu’ont reçu les muiscas dans ce quatrième incident, de la torture, «Les indigènes avaient les pieds attachés, les mains levées, et on les faisait passer sur une poutre en bois, et chaque fois qu’ils se retournaient, ils étaient écartelés jusqu’à ce que se cassent la colonne vertébrale. Quand nous étions petits, il était interdit aux enfants de Sutatausa  d’entrer dans ce lieu parce qu’ils nous ont dit que le diable vivait ici.  »

La salle de torture doit avoir été l’une des responsables de l’épisode dantesque que collecte la chronique « Il y a une documentation historique à ce sujet, comme le procès d’un homme nommé Juan de Arévalo à qui il est demandé des explications pourquoi avoirt tué plus de 3500 Indiens dans la région, qui s’appelait  Suta à l’époque. Par conséquent, nous savons que beaucoup d’Indiens contraints à la conversion et soumis aux méthodes cruelles utilisées, se réfugièrent à proximité des promontoires de Sutatausa, et en cette année 1541, de nombreux membres du peuple muisca rebelle, ont préféré sauter de la falaise et se tuer plutôt que de tomber entre les mains des missionnaires. Ubaté, en fait, dans la langue Muisca signifie sang versé et certains rapportent le nom d’Ubaté à cet épisode. En outre la désignation postérieure des roches de Guala peut rappeler cet évènement, puisque le Guala est un charognard, et probablement se nourrissaient des cadavres laissés dans la zone après le suicide collectif ».

Comments are closed.